samedi 10 novembre 2018

Le voyage de l'A.A.V.M à Espelette


Nous avions programmé en cette fin d'année 2018 une sortie "fin de semaine" à Espelette au Pays Basque nord , à l'occasion de la fête du piment, qui fait la renommée mondiale de ce joli village d'Euskadi.

Voici quelques photos de notre joyeuse équipe.

C'est le départ!

Arrêt Landais

Arrêt Landais

Le gîte à Itxassou

Petit déjeuner

On y va, qu'est-ce que l'on attend!

La joyeuse équipe

Une légende à Espelette!

A table à Dancharia, que bonita es la comida!

Le "coin" jeunes de la table

Sortie des confréries après l'office

Ça défile

Gâteau Basque

Çà "Garbure" au piment d'Espelette

Caracoles del "Rossellon"

La mongeta del pais Tarbés

Au seigneur local, le Piment & l'Axoa d’Espelette

Ça n'en finit pas!

Ah oui, j'oubliais ces remarquables Jambon!

marie Popin's, non Marie-Andréa!

La ferme du piment

Champ d'un hectare de piment

La seule concession au modernisme, la bâche plastique peu écologique!

Séchoirs à l'air libre

C'est beau, aux couleurs de l'Euskadi!

Un peu d'informations culturelles, m'enfin!

Axoa pour tous, sauf Luc qui va engloutir une palombe avant!

Ça s'impatiente

On remarque les petits pots de poudre de piment

L'Axoa de veau arrive
Copieux et bon!



 
Ce fut un moment de détente formidable. Le voyage aller fut long; qu'il est difficile de passer Bordeaux un vendredi soir vers 19h30!


L'accueil basque fut à la hauteur de sa réputation, c'est avec joie, sous la pluie samedi après midi, que fatigué et ayant abandonné mes compagnons vers Espelette, je me suis promené deux bonnes heures le long de la Nive dans ce joli village d'Itxassou.

Retrouvant par instant des émotions liées à ma petite enfance, plus loin à Urepel dans la vallée des Aduldes.

Dancharia a beaucoup changé, ce qui étonne ce sont tous ces petits boulots qui ont disparu chez nous, mais rendent bien service.

Exemple : Aux pompes, où bien sur le carburant est moins cher, un employé se déplace pour le paiement!

Un employé des "Ventas" permet la fluidité des arrivants en gérant le placement des véhicules!

Dernier point pour nos élus : l'état des routes, même des routes si petites que l'on y passe qu'un véhicule à la fois, le plus petit faisant marche arrière si nécessaire! C'est du billard!

Peire

mardi 2 octobre 2018

Est-il encore temps, tenemos tiempo, i don't know!

Depuis plus de 100 jours, pas de pluie significative pour permettre au cycle des saisons de se perpétuer de façon correcte.

Personne ne remet vraiment en cause son mode de vie. Pourquoi ferais-je un effort , l’État, la collectivité locale, la commune, ..... enfin tout le monde court après ses occupations, le climat, l'eau c'est du domaine de "celles et ceux" qui dirigent. Certes!

Que ce soit ici dans notre jolie vallée du Lambon, dans sa petite sœur de l'Aigonnay, ou ailleurs au bord des falaises surplombant l'estuaire de la Gironde, je constate inquiet les dégâts du climat.

La vie de nos petits enfants en sera chamboulé si nous ne faisons rien. Et comme c'est toujours aux autres ... de faire, nous allons, non pas à la catastrophe, mais plus  précisément "aux catastrophes".

Le problème de l'eau, source de toute vie, deviendra rapidement source, si je puis dire de conflits armés, violents, destructeurs.

Aujourd'hui gérer l'eau en terme de volume par personne devrait devenir obligatoire. Au nom du libéralisme on laisse faire n'importe quoi. Je paye, donc je consomme!

  •  Il est urgent de limiter la consommation, il est urgent de créer deux systèmes d'eau par habitation (potable et utilisable à des fins diverses).
  • Il est urgent d'éduquer les enfants et les adultes à la gestion des déchets, punir celles et ceux qui systématiquement pensent que les collectivités sont là pour résoudre tous nos problèmes et prennent la nature pour une "garbage maravillosa".

Je sais qu'aujourd'hui les élus de tous bords ont d'autres choses plus importantes à faire que de se préoccuper de l'état de la planète!

Quelques photos de nos petites vallées de l'Aigonnay et du Lambon ce dimanche 30 septembre 2018, jour de ce brave "Jéronimo", cousin de "Cochise" grand chef des "Apaches Chiracauas" qui lui vivait de cette nature que ses ancêtres  prenaient pour leur "mère".

C'est vrai aussi que comme disait J-J Rousseau, ce n'était que des "sauvages".


l'Aigonnay, faible mais toujours vivant!

l'Aigonnay

Signe toujours réconfortant, de nombreuses moules d'eau

moule en bonne santé!

Les châtaigniers à Montaillon "sèchent" rapidement!

Ce chemin caillouteux : "le Lambon"!

Trous d'eau, absence de vie

Le lambon ne coule plus mais il reste un peu d'eau

Cette partie du ruisseau est bien triste

Beaucoup d'arbres morts

Les noyers payent un lourd tribu à la sécheresse, ils tombent

Après le bois, le cours du ruisseau est une pelouse fleurie de menthe d'eau

Dans les méandres du ruisseau, ce ne sont que terriers de ragondins

Quelle jolie vallée, mais inaccessible, tout est laissé à l’abandon

Repère de quelques canard et poules d'eau

Dans ses parties bordées de murs, ceux-ci faute d'entretien, sont écroulés

C'est triste!

Pont et lavoir du Lison, encore un peu d'eau!

Mais vraiment peu!

Mais là encore cela sent bon la menthe d'eau!

Un trou d'eau au Lison, pas de poissons!

Le noyer de l'abri-bus est tombé, pourtant il n'était pas si vieux

Le pont de l'ancienne d124

De nombreuses pierres intérieures sont en train de s'échapper

Il faudrait assez rapidement faire le nécessaire pour éviter son effondrement
Pourtant on y trouve encore un peu de vie

Voila, continuons à nous regarder le nombril, mais ne faisons pas les faux ingénus lorsque des mesures drastiques seront prises par une administration "supérieure" un peu directive, voire plus!

Peire